2. Quelle est la différence entre le processus collaboratif et la négociation traditionnelle ?

Certes, les avocats n’ont pas attendu le processus collaboratif pour négocier.

En revanche,  l’avocat  formé au processus collaboratif mettra en œuvre des outils spécifiques tels que la négociation raisonnée, la reformulation et l’écoute active.

Le processus collaboratif offre un cadre juridique et contractuel afin d’optimiser les chances de succès de la négociation amiable, en créant une véritable équipe de négociation entre les parties et leurs avocats formés au processus, en suivant différentes étapes dans la négociation et en garantissant une confidentialité renforcée.

Il ne s’agit plus  d’engager un rapport de force (avec tout l’arsenal de menaces et de marchandages habituels) mais de travailler sur les intérêts légitimes, besoins, valeurs et préoccupations des parties. Les avocats collaboratifs vont ainsi aider leurs clients à rechercher derrière la position de chacun (« je veux ») leurs intérêts légitimes (« pourquoi je le veux »), mais aussi à fonder leurs demandes sur des critères objectifs et vérifiables en s’appuyant, en cas de besoin, sur des avis de tiers-experts, neutres, nommés amiablement et conjointement par les parties, dans le but d’explorer plusieurs pistes de solutions.

En permettant aux parties de renouer un dialogue de qualité lors de réunions plénières successives, le processus permet de faire émerger un accord amiable pérenne, reposant sur la satisfaction des intérêts mutuels des parties et, le cas échéant, de poursuivre des relations (commerciales, contractuelles, d’associés, de travail…) qui semblaient vouées à l’échec.

  • Dans un cadre contractuel sécurisé, dans un climat de confiance renforcé, accompagné par des avocats formés à la négociation dans un contexte conflictuel, pour un coût et des délais maîtrisés, l’accord amiable a  plus de chances d’être trouvé.
    •  Partant du postulat que ce sont les clients qui connaissent le mieux leur activité, leur business, leurs relations et l’origine de leur conflit, ils ne sont plus spectateurs, mais parties prenantes à la négociation et deviennent acteurs de la solution de leur litige.
    • Les avocats ne perdent plus de temps à s’opposer. Ils travaillent ensemble, avec les parties, à la solution du litige.
    • Ils parlent le même langage de négociation, utilisent les mêmes outils, ils sont sur un pied d’égalité et se complètent.
    • Place est laissée à la créativité.

Anne-Carine Ropars-Furet

Avocat Associée

Winston & Strawn