8. Les outils du processus collaboratif

Pour mener à bien le processus collaboratif, les avocats praticiens sont formés aux techniques de communication qui vont assurer la mise en place d’une relation et d’un climat satisfaisant favorisant l’émergence d’un accord durable.

Sont ainsi notamment pratiqués deux instruments essentiels de communication:

  • l’écoute active, encore appelée écoute bienveillante, issue des travaux du psychologue américain Carl Rogers, et repris par Marshall Rosenberg dans la Communication  Non Violente (CNV), permet d’entendre « l’autre », dans sa globalité. Il s’agit non seulement  d’entendre ce qui est dit mais, au-delà, de reconnaître les émotions et les besoins des clients;
  • la reformulation, qui permet de clarifier le sens des propos échangés et de vérifier la compréhension mutuelle.

Les avocats collaboratifs sont également formés à la négociation raisonnée issue de l’Ecole de Harvard (Fisher & Ury)  qui s’oppose à la négociation classique dite de position.

Dans les étapes du processus, seront respectés les quatre principes qui fondent la négociation raisonnée, à savoir :

  • gérer ses émotions et traiter ainsi  séparément les questions des personnes et le différend ;
  • éviter les guerres de position, se concentrer sur les intérêts en jeu et non sur les positions de chacun ;
  • imaginer des options, des solutions procurant un bénéfice mutuel avant d’arriver à un accord en faisant œuvre de créativité;
  • s’appuyer sur des critères objectifs.

Toutefois, le processus collaboratif ne se réduit pas à des outils de communication et ne se résume pas plus à une technique de négociation. C’est un véritable processus qui s’articule autour d’étapes définies qui doivent être respectées par tous les intervenants.